PAJU - Palestiniens et Juifs Unis

Aller au contenu | Aller au menu | Aide - Accessibilité | Plan du site | English version

  1. Vous êtes ici :  
  2. Accueil  >
  3. Vigile  >
  4. « QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 864, 1er septembre 2017: L’hypocrisie de la droite israélienne en matière de discrimination

« QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 864, 1er septembre 2017: L’hypocrisie de la droite israélienne en matière de discrimination

Date de publication : 2017-09-01

par Akiva Eldar*

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a été ébranlé par les manifestations d’antisémitisme, de néonazisme et du racisme à Charlottesville (E-U).

« Tout le monde devrait s’opposer à cette haine », a déclaré Netanyahu sur le compte Twitter du premier ministre britannique le 15 août dernier.

C’est le même Netanyahu qui dénonçait publiquement le jour des élections de mars 2015 que les citoyens arabes israéliens qui jouissent de la pleine égalité, alors qu’ils « se rassemblaient en masse vers les bureaux de vote ».

L’hypocrisie de la droite israélienne en matière de discrimination

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a été ébranlé par les manifestations d’antisémitisme, de néonazisme et du racisme à Charlottesville (E-U). « Tout le monde devrait s’opposer à cette haine », a déclaré Netanyahu sur le compte Twitter du premier ministre britannique le 15 août dernier. C’est le même Netanyahu qui dénonçait publiquement le jour des élections de mars 2015 que les citoyens arabes israéliens qui jouissent de la pleine égalité, alors qu’ils « se rassemblaient en masse vers les bureaux de vote ».

Comme toujours, la réponse de Netanyahou a suivi de très près les appels de son partenaire/adversaire de la coalition Naftali Bennett, chef du parti HaBayit HaYehudi, demandant que les dirigeants américains condamnent les dernières manifestations d’antisémitisme. Bennett est ce politicien qui s’est dirigé vers le haut du chœur plaidant pour gracier Elor Azaria, le soldat des forces de défense israéliennes reconnu coupable d’avoir tué un terroriste palestinien blessé et non armé. Si le terroriste exécuté n’avait pas été nommé Abdel Fattah al-Sharif, mais plutôt Baruch Goldstein, colon juif qui a massacré 29 pratiquants musulmans en 1994 dans la Grotte des Patriarches d’Hébron, aucun politicien patriote n’aurait donné son appui au soldat.

La faction de la Knesset de Bennett comprend Bezalel Smotrich, le législateur qui a demandé l’année dernière, la séparation des femmes juives et arabes dans les maternités. Netanyahou et Bennett représentent les deux partis qui refusent de reconnaître la citoyenneté de millions de Palestiniens parce qu’ils ne sont pas nés de mères juives ni convertis selon les lois de l’ultra-orthodoxe bien que celles-ci constituent un courant minoritaire au sein du judaïsme.

Regardez donc qui parle ou, comme le dit le Talmud, « Retirez le faisceau entre vos yeux » (Arakin 16b). Le faisceau est si épais qu’il empêche ces dirigeants de remarquer leur racisme éhonté. Le gouvernement israélien exsude la puanteur du racisme. L’alt-droite juive occupe un siège au gouvernement et les bancs avant de la législature. De ces perchoirs, il multiplie initiative après initiative de ce genre, ce qui est une abomination même pour la droite, comme ce membre de la Knesset du parti Likoud, Benny Begin, qui tient aux principes de la démocratie. Voici deux exemples de ce racisme que Begin a critiqué sans équivoque dans les médias.

Begin a essayé, en vain, de convaincre le premier ministre et ses amis parmi les dirigeants du Likoud d’ajouter un engagement à la loi proposée sur la nationalité, disant que l’État d’Israël offrait des droits égaux à tous ses citoyens. En juin, dans le journal de droite Yisrael Hayom, Begin a noté qu’environ un quart des citoyens d’Israël ne sont pas des juifs. « En tant que juifs, nous avons toujours demandé et continué d’exiger des droits égaux pour les juifs dans tous les pays, et maintenant nous refusons d’ancrer ce droit dans notre loi pour tous les citoyens, » a-t-il écrit. L’homme que Netanyahu a insisté pour inclure à la liste de la Knesset du Likoud a continué : « Lorsque la direction de Likoud en 2017 disqualifie un projet de loi, selon lequel Israël est l’État-nation du peuple juif, simplement parce qu’il stipule l’égalité de droits pour tous ses citoyens, le “problème allégué” du Likoud avec cette législation devient un problème national.

La loi sur la nationalité non seulement encourage la suprématie du peuple juif au détriment du principe de l’égalité des droits pour tous les citoyens, mais ce projet de loi empêche également les droits égaux pour tous les juifs, comme les juifs réformes et conservateurs, en se référant à la “tradition juive” des juifs orthodoxes.

Ainsi, alors que Netanyahu se dit choqué par le racisme dirigé contre les juifs américains à Charlottesville, il ignore les nombreuses reconnaissances qu’il a confiées aux chefs des communautés réformistes et conservatrices qui constituent une grande majorité des juifs américains, en leur accordant des droits égaux dans les prières dans le site le plus saint du Judaïsme, le Mur des Lamentations de Jérusalem, et dans les offices religieux. Netanyahu a renoncé au schéma de compromis atteint l’année dernière, allouant au judaïsme progressif un espace de prière par le Mur des Lamentations.

Un autre chapitre raciste dans les annales de la législation israélienne a été écrit lors de l’approbation par la Knesset, au début de cette année, de la Loi sur la régularisation qui accorde essentiellement aux juifs le droit de voler les terres d’un autre peuple (en légalisant les avant-postes de la Cisjordanie construits sur des terres palestiniennes privées). “Cette loi jette une ombre sur l’ensemble de l’État parce que son but n’est pas de réglementer, mais de voler,” a déclaré Begin en septembre 2016, car ce projet de loi permet aux colons juifs de la Cisjordanie occupée de prendre possession des terres palestiniennes. “Toute personne qui veut se comporter avec même un iota de décence accepte le dicton de Hillel : ‘Ce que vous trouvez détestable, ne le faites pas à autrui’, a déclaré ce membre de droite de la Knesset.

On a sans doute raison de critiquer la conduite du président Trump à la suite des violences racistes de Charlottesville. Il y a sans doute lieu à une action ferme contre les groupes racistes et les individus qui abusent du premier amendement de la constitution américaine.

Mais pour paraphraser nos sages : ‘Nettoyez votre perron avant d’aller prêcher aux autres’ (Baba Batra 60 b). Les élus israéliens, qui demandent aux dirigeants étrangers de ne montrer aucune tolérance à l’antisémitisme, ne sont guère des exemples de tolérance.

Alors que les militants américains de l’alt-droite sont en marge de la société, les rabbins d’alt-droite en Israël siègent au cœur même de la société israélienne. Les rabbins qui ont publié des édits religieux qui demandent aux juifs d’éviter de louer ou de vendre des appartements aux Arabes, de ne pas les employer et de ne pas acheter dans leurs magasins, sont des employés de l’État. Contrairement aux imams musulmans qui sont poursuivis pour incitation au racisme, les juifs jouissent d’une immunité de facto contre les poursuites. Les cris de ‘Mort aux Arabes’ ainsi que ‘Tuez les juifs’ sont devenus partie intégrante du stade de football ces dernières années. Les militants de la droite radicale, l’organisation de Lehava, harcèlent ouvertement les conducteurs d’autobus et de taxis palestiniens à Jérusalem et les Arabes qui osent se lier d’amitié avec des femmes juives. Ils ont même incendié une école bilingue juive arabe de la ville, un bastion de la coexistence pacifique. Une loi de 2011 permet aux comités de sélection communautaires de rejeter certains locataires en raison d’un ‘manque de conformité à la nature socioculturelle de la communauté’ par euphémisme.

La grande majorité des juifs israéliens acceptent le refus d’une communauté ‘progressiste’ comme celle de Kochav Yair, d’ouvrir ses locaux aux enfants arabes provenant des villages voisins. Les politiciens ne se sont pas prononcés non plus contre une telle décision. Les Israéliens conservent le droit décrier un propriétaire d’hôtel suisse insensible qui a demandé aux personnes juives de l’hôtel de prendre une douche avant d’aller à la piscine.

Il y a plus de 150 ans, le président des États-Unis, Abraham Lincoln, a déclaré : ‘Vous pouvez tromper certaines personnes tout le temps et toutes les personnes un certain temps, mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.’ Par l’usage de la victimisation mêlée à une dose abondante d’hypocrisie, de chutzpah et de conscience de soi déformée, Netanyahu parvient à tromper la plupart des juifs la plupart du temps.

Adapté de: http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2017/08/israel-benjamin-netanyahu-arabs-jews-racism-charlottesville.html#ixzz4q9WjmDec

DISTRIBUÉ PAR PAJU (PALESTINIENS ET JUIFS UNIS)

WWW.PAJUMONTREAL.ORG

  1. Retour en haut de page