PAJU - Palestiniens et Juifs Unis

Aller au contenu | Aller au menu | Aide - Accessibilité | Plan du site | English version

  1. Vous êtes ici :  
  2. Accueil  >
  3. Vigile  >
  4. « QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 884, 19 janvier 2018: Ahed Tamimi, symbole de la résistance palestinienne!

« QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 884, 19 janvier 2018: Ahed Tamimi, symbole de la résistance palestinienne!

Date de publication : 2018-01-19

Une jeune palestinienne de 16 ans Ahed Tamimi est devenue le symbole de la résistance palestinienne.

SIGNEZ la pétition demandant sa libération de la prison militaire en Israël où elle est après depuis arrestation le 19 décembre2017. https://secure.avaaz.org/campaign/fr/free_ahed_mor_fb1.

Les signatures venant de toute la planète atteindront 315000 (estimé) le vendredi 12/01/18

Ahed Tamimi n’est pas devenue un symbole de la résistance palestinienne cet hiver, car elle l’était déjà avant la vidéo où on la voit frapper deux soldats israéliens. Le 19 décembre, les soldats l’ont arrêtée à 4 heures du matin, la sortant de sa chambre aux murs roses couverts de vieux autocollants Bob l’éponge.

Ahed Tamimi, symbole de la résistance palestinienne!

Ahed Tamimi n’est pas devenue un symbole de la résistance palestinienne cet hiver, car elle l’était déjà avant la vidéo où on la voit frapper deux soldats israéliens. Le 19 décembre, les soldats l’ont arrêtée à 4 heures du matin, la sortant de sa chambre aux murs roses couverts de vieux autocollants Bob l’éponge. Quatre jours plus tôt, Ahed Tamimi, 16 ans, avait insulté deux soldats israéliens qui avaient pris position dans la cour de leur maison pour déloger des lanceurs de pierres, avant de frapper du pied puis de gifler l’un d’entre eux. Le tout sous les yeux de sa cousine Nour, 20 ans, et devant la caméra du téléphone intelligent de sa mère, Nariman, qui diffusait l’altercation en direct sur les réseaux sociaux.

Depuis, la vidéo est devenue virale et l’effigie d’Ahed, menton haut et crinière blonde, s’affiche sur les murs de Cisjordanie comme sur les abribus de Londres. Nour a été libérée sous caution vendredi, mais Nariman est toujours sous les verrous. Le père de Ahed, Bassem Tamimi, lui, a un « volcan » dans le ventre. « Je suis triste, je suis inquiet, mais je suis aussi fier et confiant. Ahed est très forte. Elle est devenue l’esprit de sa génération. » Il n’a aucun regret, mais s’agace quand on demande s’il a sacrifié l’enfance de sa fille pour la cause. « Oui, j’ai entraîné mes enfants pour résister, dit-il. Mais s’il n’y avait pas l’occupation, j’enverrais ma fille à son cours de danse. Une pétition demandant sa libération a été lancée il y a deux semaines. Vous pouvez la signer. Voir l’adresse ci-dessus.

http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/517024ahed-tamimi-visage-de-la-resistance?utm_source=feedburner&utm_medium=f

Distribué par PAJU (Palestiniens et Juifs unis)

WWW.PAJUMONTREAL.ORG

  1. Retour en haut de page