PAJU - Palestiniens et Juifs Unis

Aller au contenu | Aller au menu | Aide - Accessibilité | Plan du site | English version

  1. Vous êtes ici :  
  2. Accueil  >
  3. Vigile  >
  4. « QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 899, 4 mai 2018: Le gouvernement israélien justifie le meurtre de manifestants à Gaza : Ils ne sont pas à l’école

« QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 899, 4 mai 2018: Le gouvernement israélien justifie le meurtre de manifestants à Gaza : Ils ne sont pas à l’école

Date de publication : 2018-05-04

Depuis le 30 mars, des soldats israéliens ont tué quatre enfants palestiniens lors des manifestations de #GreatReturnMarch dans la bande de Gaza occupée. Chaque tir d’un tireur d’élite est approuvé et enregistré, de dire les autorités israéliennes.

Mohammed Ayoub a été le dernier à être tué le 27 avril dernier à 16 h 30.

Le ministre israélien de l’Education, Naftali Bennett a été questionné à ce sujet le 29 avril. Razi Barkai, animateur de l’émission matinale de la radio militaire, lui a demandé si « nous n’étions pas allés trop loin » en tuant Mohammed Ayoub, 15 ans, lors de cette manifestation à Gaza.

http://mondoweiss.net/2018/04/government-justifies-protesters/

Le gouvernement israélien justifie le meurtre de manifestants à Gaza : Ils ne sont pas à l’école

Depuis le 30 mars, des soldats israéliens ont tué quatre enfants palestiniens lors des manifestations de #GreatReturnMarch dans la bande de Gaza occupée. Chaque tir d’un tireur d’élite est approuvé et enregistré, de dire les autorités israéliennes.

Mohammed Ayoub a été le dernier à être tué le 27 avril dernier à 16 h 30.

Le ministre israélien de l’Education, Naftali Bennett a été questionné à ce sujet le 29 avril. Razi Barkai, animateur de l’émission matinale de la radio militaire, lui a demandé si « nous n’étions pas allés trop loin » en tuant Mohammed Ayoub, 15 ans, lors de cette manifestation à Gaza.

« S’il était allé à l’école comme tous les autres », répondit Bennett, « il n’y aurait pas eu de problème ». C’est ce que le ministre israélien de l’Éducation a dit au sujet du meurtre d’un enfant tué par une balle d’un tireur d’élite lors de cette manifestation. »

C’est maintenant un outil de la propagande israélienne entourant ces massacres à Gaza : les enfants portent la responsabilité de ne pas être à l’école ou de ne pas lire de livres.

Il y a deux jours, l’agence gouvernementale israélienne administrant les territoires occupés (COGAT) a posté sur Facebook la photo d’un enfant palestinien brandissant une roche lors des manifestations à Gaza et a déclaré : « Quand vous donnez des pierres à des enfants plutôt que des livres, il n’est pas étonnant que Gaza soit dans un tel état ».

Mais cette violence est unidirectionnelle : aucun Israélien n’a été sérieusement blessé dans l’attaque en cours contre Gaza. B'Tselem a déclaré qu’il est illégal de diriger « un tir réel sur des civils non armés qui ne présentent pas de danger.... Les responsables israéliens comptent sur les pires scénarios pour justifier ces ordres ».

La raison principale pour laquelle les enfants ont des pierres dans leurs mains est qu’ils ont grandi en apprenant de leurs parents l’histoire des villages desquels leurs parents et grands-parents ont été expulsés ce qui est à la base de la Grande Marche du Retour.

Le meurtre d’enfants non armés par des tirs d’un tireur d’élite devrait faire histoire aux États-Unis, mais ce n’est pas le cas, bien que Gaza ait manifestement marqué un tournant dans l’opinion juive américaine. Natalie Portman a cité les « atrocités » de Gaza lorsqu’elle a refusé d’assister à une cérémonie de remise des prix en Israël, au cours de laquelle elle aurait reçu un prix de 2 millions de dollars. Le boycott de cette célèbre actrice juive a semé la peur parmi les sionistes.

Mais les justifications israéliennes à l’assassinat des Gazaouis ont été retransmises la semaine dernière à J Street, une plate-forme du lobby israélien du Parti démocrate, lorsque la politicienne israélienne Tzipi Livni a déclaré à partir de la scène principale :

Je connais aussi le code éthique de l’armée israélienne. Si un soldat brise ce code éthique ou viole la loi, il est poursuivi et puni et je veux que vous le sachiez parce que l’État d’Israël avec les valeurs qu’il représente ne le tolère pas et ne devrait pas le tolérer. Et je partage cela avec vous parce que je suis familier avec ces critiques sic. Je connais la nature des images que vous voyez ici. Et je sais qu’il est parfois difficile de rester fidèle à ces valeurs et avec la sécurité d’Israël, et je voulais juste partager cela avec vous personnellement.

Cette affirmation est manifestement fausse. Comme le dit B'Tselem :

« L’annonce par l’armée que le mécanisme d’enquête de l’état-major général israélien dirigé par le Brigadier général Motti Baruch se penchera sur les incidents au cours desquels des Palestiniens ont été tués, en se concentrant sur les morts de civils, est de la pure propagande, destinée, entre autres à empêcher une enquête internationale indépendante. »

Sur une note plus optimiste : les justifications israéliennes de la violence ne sont pas acceptées par If Not Now, le jeune groupe juif américain dissident qui exige que les dirigeants juifs s’interposent pour que des Palestiniens ne soient pas tués.

L’un des principaux soutiens à l’occupation israélienne vient des médias qui ne nous informent pas de ces horreurs. Nous ne pouvons qu’espérer que les meurtres de ces enfants attirent l’attention qu’ils méritent.

Remerciements à Allison Deger

Adapté de : http://mondoweiss.net/2018/04/government-justifies-protesters/

Distribué par PAJU (Palestiniens et Juifs unis)

WWW.PAJUMONTREAL.ORG

  1. Retour en haut de page