PAJU - Palestiniens et Juifs Unis

Aller au contenu | Aller au menu | Aide - Accessibilité | Plan du site | English version

  1. Vous êtes ici :  
  2. Accueil  >
  3. Vigile  >
  4. « QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 901, 18 mai 2018: Panel sur le sionisme à l’université (Mars 2013)

« QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 901, 18 mai 2018: Panel sur le sionisme à l’université (Mars 2013)

Date de publication : 2018-05-18

Un panel intitulé Le sionisme dans les universités tenu le 14 mars 2013 a discuté de la situation dans les universités en Amérique du Nord. Les discours sionistes y sont privilégiés, avec comme conséquence de rendre invisibles les études, analyses et discussions concernant la Palestine. Animé par Michelle Hartman, professeure de littérature arabe à l’Institut des études islamiques de l’Université McGill, le panel, organisé dans le cadre de la semaine israélienne de l’apartheid, a attiré une cinquantaine de personnes.

Panel sur le sionisme à l’université (Mars 2013)

Un panel intitulé Le sionisme dans les universités tenu le 14 mars 2013 a discuté de la situation dans les universités en Amérique du Nord. Les discours sionistes y sont privilégiés, avec comme conséquence de rendre invisibles les études, analyses et discussions concernant la Palestine. Animé par Michelle Hartman, professeure de littérature arabe à l’Institut des études islamiques de l’Université McGill, le panel, organisé dans le cadre de la semaine israélienne de l’apartheid, a attiré une cinquantaine de personnes.

Les participants : Mohsen Al Attar, professeur invité et avocat des droits de l’homme, Douglas Smith, étudiant au doctorat, membre de Tadamon! (un collectif montréalais œuvrant en solidarité avec les luttes pour l’autodétermination, l’égalité et la justice dans le Moyen-Orient) . Le sionisme, détient-il, une place privilégiée dans l’environnement des universités nord-américaines? Oui, c’est certain. Que la Palestine soit colonisée, c’est encore plus certain, a déclaré Mme Hartman dans son introduction en ajoutant que, dans de nombreux espaces universitaires, ces évidences ne sont pas acceptées. Hartman a relaté à l’auditoire qu’il lui avait été difficile de trouver des conférenciers, les personnes contactées ne voulant pas parler de ces questions en public. Hartman elle-même a subi la vigueur de la diffamation politique à McGill quand la porte de son bureau a été barbouillée de slogans sionistes. En 2009, Hartman, a signé une lettre ouverte publiée dans Le Devoir avec quatre-vingts signataires (professeurs d’université et de cégeps de Montréal) protestant contre le bombardement israélien de l’Université islamique de Gaza.

La lettre, qui appuyait la campagne de boycott, de désinvestissement et de sanctions (BDS), demandait aux universitaires du monde entier de soutenir le boycott des institutions umiversitaires israéliennes et de mettre fin à toutes relations économiques entre le Canada et Israël. Nous demandons au gouvernement Harper de réévaluer ses politiques et de condamner sans équivoque le siège et les voies de fait israéliens contre Gaza, qui constituent de graves violations du droit international et humanitaire. Nous demandons en outre que le gouvernement israélien mette immédiatement fin à sa violence.

Adapté de https://www.mcgilldaily.com/2013/03/anti-zionist-discourse-silenced-on-campus/

Distribué par PAJU (Palestiniens et juifs unis)

WWW.PAJUMONTREAL.ORG

  1. Retour en haut de page