PAJU - Palestiniens et Juifs Unis

Aller au contenu | Aller au menu | Aide - Accessibilité | Plan du site | English version

  1. Vous êtes ici :  
  2. Accueil  >
  3. Vigile  >
  4. « QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 916, 31 août 2018: Les juifs aux principes éthiques rejettent le sionisme

« QUE CESSE L’OCCUPATION ! » PAJU No 916, 31 août 2018: Les juifs aux principes éthiques rejettent le sionisme

Date de publication : 2018-08-31

Yoav Litvin

Le gouvernement d’extrême droite du premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a abandonné toute façade de démocratie et de libéralisme et démontre qu’effectivement, le sionisme en tant que projet raciste et nationaliste, a ses racines dans le suprématisme blanc, le colonialisme des colons et le fascisme européen du XIXe siècle. Cela a conduit à une crise profonde en Israël, en cherchant à confondre les intérêts sionistes avec les intérêts et les valeurs juifs, en dépendance à ses liens avec les juifs américains, à prédominance libérale.

Les juifs aux principes éthiques rejettent le sionisme

Note de PAJU : Ce texte de Yoav Litvin est sans aucun doute l’un des articles les plus importants publiés sur la nature de l’assujettissement et de la manipulation du judaïsme par le sionisme. L’article est concis dans sa dénonciation de la nature raciste du sionisme ainsi que le lien entre le sionisme et l’antisémitisme. Il est également important dans la mesure où il lève le voile sur « l’innocence » du sionisme « libéral ». Le principe directeur de l’article se résume en ceci : « Il est temps que les juifs aux principes éthiques rejettent toutes les formes de sionisme ». Veuillez noter que l’article a été raccourci quelque peu de l’original. Pour afficher l’article entier, cliquez sur l’adresse courriel à la fin du texte ci-dessous.

Yoav Litvin

Le gouvernement d’extrême droite du premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a abandonné toute façade de démocratie et de libéralisme et démontre qu’effectivement, le sionisme en tant que projet raciste et nationaliste, a ses racines dans le suprématisme blanc, le colonialisme des colons et le fascisme européen du XIXe siècle. Cela a conduit à une crise profonde en Israël, en cherchant à confondre les intérêts sionistes avec les intérêts et les valeurs juifs, en dépendance à ses liens avec les juifs américains, à prédominance libérale.

La dérive constante d’Israël vers la droite

La montée en puissance des forces réactionnaires aux États-Unis et en Europe a encouragé l’agression israélienne et encouragé la poursuite de sa dérive vers la droite. En conséquence, les derniers mois ont été particulièrement traumatisants pour les Palestiniens en Israël et dans les territoires palestiniens occupés.

Le sionisme est la suprématie blanche

Le sionisme a une longue histoire de collusion avec les forces antisémites et suprémacistes blanches, et défend une forme d’apartheid mondial que des racistes tels que le président américain Donald Trump et le fasciste Richard Spencer soutiennent pleinement. Les antisémites ont été parmi les partisans les plus enthousiastes du projet sioniste depuis ses débuts en tant que mouvement messianique marginal évité par la plupart des Juifs. Les sionistes ont toujours eu intérêt à fomenter l’antisémitisme dans le monde entier, dans le but d’emmener l’immigration juive (de préférence blanche) en Palestine/Israël comme moyen de lutter contre la « menace démographique » palestinienne.

La nature de la suprématie blanche inhérente à la société israélienne a été largement étudiée et détaillée. Cela implique une discrimination à plusieurs niveaux, y compris à l’encontre des Palestiniens autochtones, ainsi que dans la société juive israélienne.

En fait, les événements récents ne font que souligner la motivation sous-jacente au sionisme depuis ses débuts c’est-à-dire le colonialisme des colons a formé une relation parasitaire avec le judaïsme.

Des jeunes Juifs se révoltent

Le lien entre sionisme et judaïsme est maintenu par un révisionnisme historique cohérent et par la manipulation du traumatisme produit par l’antisémitisme européen, qui a abouti à l’Holocauste juif. Il soutient l’appui à Israël et sert à étouffer la résistance effective en attribuant à de « l’antisémitisme » toute critique des politiques israéliennes. Notamment, cet abus du terme « antisémitisme » a dilué et banalisé le véritable phénomène de sectarisme contre les Juifs et démontre encore davantage la collusion qui a cours entre le sionisme et les suprématistes blancs.

Cependant, malgré la propagande israélienne, un nombre croissant de jeunes Juifs ont reconnu la dérive constante d’Israël vers la droite (voir ici here et ici here) et son incohérence flagrante aux valeurs juives libérales. Aujourd’hui, ce sont surtout des milléniaux qui se lèvent, eux qui ont été élevés dans la tradition éthique du judaïsme qui contraste fortement avec le comportement immoral et le caractère exclusif de l’État israélien (et de ses partisans fondamentalistes), qui prétend les représenter. Cela dit, les sectes des Juifs les plus orthodoxes se sont opposées avec véhémence depuis des décennies (par exemple, Neturei Karta) à l’indigne propos historique du judaïsme revendiqué par les sionistes.

Israël est grandement menacé par cette aversion croissante au sein des Juifs et va jusqu’à empêcher les activistes antisionistes juifs américains d’entrer dans le pays (barring Jewish American anti-Zionist activists). En outre, Israël ne reconnaît les juifs ultra-orthodoxes comme étant des autorités dans la détermination des questions religieuses, et a récemment indigné de nombreux juifs libéraux en détenant un rabbin conservateur pour avoir officié des mariages non orthodoxes. ( detaining a conservative Rabbi).

Découpler sionisme et judaïsme

Ce réveil grandissant au sein de la communauté juive associé aux contre-mesures désespérées de l’État israélien pourrait indiquer un développement prometteur pour ceux qui sont opprimés par l’État d’Israël, un nouvel âge de rejet juif de masse du sionisme.

Pour promouvoir cette tendance, il est essentiel de creuser un fossé entre le sionisme et le judaïsme mondial en remettant constamment en question le point de vue qui assimile le sionisme au judaïsme et souligne la nature non éthique et non juive du sionisme depuis ses débuts.

Ceux qui souscrivent au point de discussion sur hasbara, à savoir que le sionisme représente le judaïsme, rendent, en fait, tous les juifs boucs émissaires, en promouvant et la suprématie blanche et l’apartheid mondial. Blâmer le judaïsme pour les crimes de l’État israélien revient à accuser l’islam de crimes commis par l’Arabie saoudite, ou le christianisme pour ceux de l’Amérique.

En fait, le découplage du sionisme et du judaïsme aura de multiples effets positifs. Premièrement, il permettra de résister efficacement au colonialisme sioniste en le considérant comme une question rationnelle, politique (par opposition à religieuse), moderne (par opposition à ancienne) et donc pouvant être résolue, alors qu’elle relève de la communauté internationale dans son ensemble. Deuxièmement, il recentrera et renforcera les efforts dans la lutte contre la vague néo-fasciste mondiale (neo-fascistic surge) qui favorise la xénophobie et le racisme, y compris l’antisémitisme, en liant ces luttes. Enfin, il encouragera la solidarité et la formation de coalitions entre les forces opposées à la suprématie blanche et au colonialisme des colons, y compris les Palestiniens, les Noirs et les Bruns, les immigrants, les Juifs, les Musulmans, les groupes autochtones et les alliés blancs capables de faire face aux privilèges des racistes.(confronting their privilege).

Le sionisme libéral et Haaretz

Le journal Haaretz est considéré comme le porte-parole du sionisme libéral. En tant que tel, en réponse à la loi « État-nation du peuple juif », Haaretz a publié un éditorial (a crafted editorial) conçu pour condamner le gouvernement de Netanyahou ou « le camp de discrimination » et exhorte les membres du camp de « l’opposition » sioniste pour se défendre. Ici, Haaretz a habilement démontré son aversion pour la nature raciste du camp Netanyahou et s’est placé dans la version élégamment déguisée du camp sioniste libéral. Ainsi, pour Haaretz, c’est une question de style, pas nécessairement de contenu.

Une étude de cas — quand Gadi Taub a rencontré Steve Bannon

Dans un article d’environ 9 000 mots en première page de l’édition du week-end de Haaretz, intitulé singulièrement (en hébreu) « Gadi Taub rencontre Steve Bannon » et en anglais « Steve Bannon dit à Haaretz pourquoi les Russes ne sont pas des méchants et pourquoi il ne peut pas être antisémite» (‘Steve Bannon Tells Haaretz Why the Russians Aren’t the Bad Guys and Why He Can’t Be an anti-Semite’), Taub laisse amplement d’espace à Steve Bannon, ancien stratège de la Maison-Blanche et ancien président exécutif de l’extrême droite Breitbart News, pour formuler sa philosophie politique. Ou en d’autres termes, une plate-forme pour rendre la xénophobie, l’antisémitisme et le néofascisme de Bannon palpables pour l’électorat sioniste libéral de Haaretz (pour ceux qui ne connaissent pas les points de vue et les inspirations fascistes de Bannon, voir icihere, icihere, icihere et icihere.

En dépit de sa bigoterie anti-juive bien documentée, Bannon affirme qu’il ne peut pas être un antisémite parce qu’il est sioniste. Cela démontre parfaitement la collusion permanente entre le sionisme, sous toutes ses formes y compris le sionisme libéral de Haaret(..), et la suprématie blanche.

Il est temps que les juifs éthiques rejettent toutes formes de sionisme

Il est grand temps que les Juifs aux principes éthiques conviennent de la nature raciste et anti-juive inhérente du sionisme, qui a manipulé la religion juive pour justifier moralement soixante-dix ans de colonialisme des colonies, de nettoyage ethnique et d’apartheid des Palestiniens autochtones.

Avec sa nouvelle loi sur «l’État-nation du peuple juif», Israël cherche à fusionner complètement le sionisme avec le judaïsme et à éliminer toute enclave antisioniste à l’intérieur et à l’extérieur de la société israélienne. À ce titre, les forces de sécurité de l’État continuent de criminaliser et de harceler les militants des droits de l’homme propalestiniens, y compris les citoyens israéliens juifs (including Jewish Israeli citizens).

Ainsi, si les Juifs en tant que Juifs doivent maintenir une légitimité morale et participer à la lutte contre la montée mondiale du néo-fascisme, ils doivent affronter et rejeter catégoriquement, en nombre croissant, toutes les formes de sionisme (must confront and categorically reject in large and increasing numbers all forms of Zionism).

A propos de Yoav Litvin

Yoav Litvin est docteur en psychologie/neurosciences comportementales, photographe documentaire et écrivain vivant à New York. Vous pouvez le trouver sur yoavlitvin.com .

Autres posts de Yoav Litvin .

Adapté de: https://mondoweiss.net/2018/08/ethical-reject-zionism/?utm_source=Mondoweiss+List&utm_campaign=4c6dd0cd83-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_b86bace129-4c6dd0cd83-398526217&mc_cid=4c6dd0cd83&mc_eid=db022c7307

DISTRIBUÉ PAR PAJU (PALESTINIENS ET JUIFS UNIS)

WWW.PAJUMONTREAL.ORG

  1. Retour en haut de page